Psychologie Analytique

 Je suis partie de mes expériences de vie pour commencer ma recherche. Mes dictionnaires me confirmaient l’objectivité de mon point de vue. J’ai débuté par l’écriture d’un livre «Changez votre point de vue votre vie changera» en deux mille trois (2003). Celui-ci a été catalogué par la Bibliothèque Nationale en psychologie expérimentale et suivi de mon site web «Réflexion Philosophique sur la Psychologie» en deux mille quatre(2004). Ce que j’avais découvert, j’ai voulu le communiquer à toutes les classes de la société.

Ici, vous découvrirez comment les deux méthodes : celle de la psychologie et celle de l’analyse de soi, sont diamétralement opposées. Vous aurez par le fait même l’opportunité de juger chacune à sa juste valeur.

L’analyse de soi vous garde responsable d’analyser vous-même vos histoires de vie.

Vous êtes responsable de l’interprétation que vous donnez à chaque événement.

Vous êtes responsable de découvrir les sentiments qui se rattachent à chacun.

Vous êtes responsable de les accepter ou de les nier, ils vous appartiennent.

Vous êtes responsable de décider de les garder pour vous ou de les partager.

 

RÉFLEXION PHILOSOPHIQUE SUR LA PSYCHOLOGIE

Mon vécu soutenu par mes recherches m’a permis de découvrir que la Psychologie comporte certaines contradictions. Vous découvrirez que la Psychologie analyse pour vous et tire les conclusions pour vous. Elle extrapole en se basant sur le cas d’un autre et vous dit que vous êtes unique. Elle fait quelques déductions, vous juge, vous blâme à partir de son centre de logique et vous prend en charge.

 :

  • Ils enseignent à partir des statistiques, en même temps, ils prétendent que chacun de nous est unique.

 

  • La psychologie forme les psychologues pour faire des études de cas (basées sur une généralité) en même temps, ils nous indiquent que chaque cas est unique et que chacun réagit à sa façon.

 

  • Les psychologues travaillent en association avec le client et son problème. Ils analysent inconsciemment le cas d’autrui à travers leurs filtres. Ils extrapolent à partir de ce qu’ils sont, et ce qu’ils vivent. Ils l’interprètent comme ils l’interpréteraient s’ils le vivaient eux-mêmes. Ils solutionnent un problème comme si c’était le leur. Cela veut dire que la déduction sera différente d’un thérapeute à l’autre. La solution sera également différente. Le problème est que l’individu deviendra confus devant plusieurs solutions.

 

  • De plus, les psychologues s’appuient sur des histoires subjectives. C’est à partir de ce que l’individu leur raconte (histoire subjective) que les psychologues confirment, approuvent, appuient et amplifient en faisant leurs histoires subjectives auxquelles ils additionnent un sentiment qui est celui qu’ils éprouveraient eux-mêmes dans la même situation. Ils pourraient tenter de soulager leur inconfort face à la souffrance de l’autre.

 

  • Ces histoires subjectives sont souvent tordues, remplies de distorsions qui ne reflètent pas la réalité. Donc, établir une déduction à partir d’une fausse histoire est mal, pire encore, la projeter sur une tierce personne en la blâmant, en l’accusant d’être l’instigateur (trice) des malheurs de l’autre, cela sèmerait la confusion chez l’individu et son entourage. Cette stratégie aurait pour effet de créer un sentiment de culpabilité chez cette tierce, briserait l’harmonie entre ces individus, et les éloignerait les uns des autres. Il est inapproprié que les psychologues fassent l’étude et l’analyse du cas d’autrui. C’est ce qui explique qu’une thérapie dure aussi longtemps et que l’individu récidive et consulte fois après fois. De plus, il arrive que la personne accusée injustement ait besoin d’un traitement psychologique. Ainsi la roue tourne…

 

  • Les psychologues permettront à l’autre de s’apitoyer et de se plaindre. Ensuite ils le prendront en charge, ils lui suggéreront une panoplie de sentiments que l’individu pourrait éprouver. Celui-ci acquiesce à cela sans chercher à identifier les vrais sentiments qui l’habitent.

 

  • Par la suite, les psychologues se serviront du sentiment suggéré pour pratiquer l’écoute active, ce qui aura pour effet d’ancrer davantage ces sentiments négatifs chez l’individu. Cet encrage fera rentrer l’individu dans un état qui le poussera à réagir contre lui ou contre son entourage. Cette attitude (réaction) ajouterait d’autres difficultés et d’autres sentiments négatifs. Ceux-ci le mettraient dans des états qui le pousseraient à d’autres attitudes négatives, cela serait sans fin.

 

Eh voilà! C’est parti : Les c’est à cause de…, c’est la faute de…, ça doit être que…, les parce que…, je pense que…etc. Toutes ces suppositions énumérées déconnectent la personne d’elle-même, la déresponsabilisent, la placent dans un état de dépendance, et plus encore l’orientent sur une fausse piste. Cela l’empêche de corriger la situation de façon éclairée et de plus la prive de toutes sortes d’apprentissage. Cette stratégie lui enlève le pouvoir de décider, de choisir par elle-même et pour elle-même.

De plus, ces suppositions blessent souvent la personne sur laquelle les psychologues projettent la faute. Par surcroît, cela pourrait cacher des malaises plus profonds tel: maladies physiques, maladies mentales qui relèvent exclusivement de la médecine.

 

Enfants rois

Nous avons vécu et vivons une période où les enfants sont rois. Si nos enfants sont des enfants rois, la Psychologie devrait se questionner.

En effet, nous avons vécu une époque où nous ne devions pas frustrer les enfants. Ces enfants surprotégés peuvent tout se permettre : briser, frapper les choses et même leurs voisins. Tout est de la faute des parents ou d’un autre mais surtout ce n’est pas de leur faute. Ils peuvent prendre des décisions sans réfléchir, les parents vont tout assumer sans rien dire car il ne faut pas les frustrer.

 

Comment apprendre à nos enfants à gérer leurs frustrations alors que nous leurs évitons toute frustration, nous leurs permettons tout, nous excusons tous leurs comportements négatifs (manipuler, mentir, voler, briser).

 

Le psychologue se base sur l’histoire subjective une histoire remplie de distorsions que l’enfant lui raconte

Sans vérifier auprès des personnes, ils déduisent que c’est le parent ou les deux parents qui sont les coupables

Trop souvent ils arrivent avec une idée préconçue «c’est le parent qui est a blâmé»

Ils déresponsabilisent l’enfant, Ils veulent lui éviter toutes frustrations de peur de le traumatiser

L’enfant peut mentir, manipuler, briser la réputation de ses parents ou de n’importe qui d’autres

Le psychologue ne cherchera pas plus loin, il projettera la faute sur une tierce personne ou même sur la société

Le psychologue analysera le cas qu’il tentera de régler à sa façon s’en tenir compte de l’enfant et de ses parents

L’enfant perd le contrôle sur la situation, il ne décide rien, ses choix seront influencés par les propos du psychologue

L’enfant qui réalise l’ampleur de son geste sera confus, se sentira coupable, honteux et regrettera d’avoir causé autant de problèmes.

 

Nous avons tellement voulu éviter les frustrations à nos enfants qu’aujourd’hui ils ont pris le contrôle sur leurs parents et la société. Tout ce qu’ils font, ils l’ont déjà testé. S’ils savent déjouer, manipuler leurs parents sans difficulté et n’en faire qu’à leur tête, c’est qu’ils l’ont déjà expérimenté et personne ne les a réprimandés. Pour ce qui est de déjouer la société, nous n’avons qu’à observer ce qui se passe à la D.P.J. Je sais de quoi je parle, j’ai eu à intervenir dans ces cas.

 

Trop souvent, lors d’une intervention, le psychologue arrive avec une idée préconçue : c’est le parent qui est à blâmer. L’enfant arrive à faire croire des histoires incroyables à l’intervenant sans qu’il se rende compte que l’enfant tente de déjouer le système. Ils sont devenus des as de la manipulation et ils peuvent faire perdre la réputation de n’importe qui même celle de leurs parents.

 

Si le psychologue avait écouté les deux parties avant de déduire de la situation, il aurait évité une erreur monumentale : celle de prendre une décision sans connaissance suffisante au sujet de cette histoire sans avoir vérifier ce qui s’était réellement passé.

 

Déduire sans avoir suffisamment vérifié conduit à l’erreur. Trop souvent, les psychologues oublient le jeune ils ne tiennent pas compte de ses émotions. S’il vérifiait les états d’âme et les sentiments de l’enfant il se rendrait compte qu’il est plein de ressentiment et qu’il veut se venger… Ils s’occupent seulement de l’histoire que celui-ci raconte sans en vérifier suffisamment la véracité. Ils arrivent donc à la déduction que les parents sont des gens irresponsables. S’ils avaient vérifié davantage, ils auraient découvert la réalité. Ils auraient vite constaté que leur déduction était fausse.

 

Ils auraient pu s’apercevoir :

-que le problème pourrait être dû à un manque de fermeté de la part des parents et de l’entourage de l’enfant, ainsi que tous ceux qui sont impliqués dans son éducation

-que l’enfant pourrait avoir manqué d’encadrement, de discipline de la part des parents et de l’entourage. Ils ont peut-être exaucé tous ses caprices et excuser tous ses comportements

-que l’enfant a pu être surprotégé ou éduqué avec trop de douceur dans sa petite enfance

-que l’enfant aurait pu être brutalisé et que sa propre interprétation des faits l’amène à vouloir se venger

 

Cela nous démontre comment le manque d’informations peut nous conduire à l’erreur.  Combien de personnes ont été blâmé et accusé injustement parce que la psychologie a omis d’investiguer auprès des personnes impliquées? Ce sont ces jugements téméraires qui incommodent, qui empêchent les victimes de s’en remettre à eux et de se dévoiler. Nous avons payé et nous payons les psychologues pour s’occuper de l’équilibre des individus. Il est difficile de maintenir l’équilibre d’une société quand les moyens que nous utilisons sèment la confusion. Aujourd’hui les enfants, les parents et la société doivent payer pour tout ça.

La psychologie devrait être la première à se questionner sur ce qui se passe aujourd’hui. Nous avons payé et nous payons les psychologues pour s’occuper de l’équilibre des individus. Il est difficile de garder l’équilibre d’une société quand les moyens que nous utilisons sèment la confusion.

Afin de remédier à cette situation, j’ai créé ma propre méthode «Analyse de soi par soi» que vous trouverez dans mon livre  «Changez votre point de vue, votre vie changera» car je pense que la farce a assez duré et même trop duré.

 

Personne ne nous cause des problèmes à part nous.

 

Chacun de nous devons prendre la responsabilité de ce que nous sommes et de ce que nous faisons.

 

L’ANALYSE DE SOI PAR SOI

Welcome , today is Samedi, 20 décembre 2014